Célébrée le 8 septembre, La Vierge de la Charité du Cuivre est la « Madre » (mère) du peuple cubain. Symbole de la Patrie, symbole d’union et de réconciliation, elle symbolise également l’avenir.

Découverte en 1612 dans la baie de Nipe au Nord-Est de l’île (et au nord de la province d’Holguin) par trois hommes, esclaves ou pêcheurs selon les versions de la légende, elle se trouve aujourd’hui à 27 km de Santiago de Cuba, dans la Basilique du même nom (inaugurée le 08.09.1927), dans cette région de mines de cuivre. Objet d’un culte et d’une dévotion sans précédent, de Cuba à Miami, elle rassemble la ferveur toute familière des catholiques ou non et des pratiquants de religions afro-cubaines.

Vénérée par 5 millions de personnes
En 2012, l’île célébrait les 400 ans de la Vierge. Elle fit le tour des paroisses de Cuba et fut vénérée par plus de 5 millions de personnes (presque la moitié de la population). Mais si à Cuba, elle est incontournable, elle a aussi un rayonnement international.
C’est donc du sommet du village d’El Cobre de la province de Santiago de Cuba qui s’appelait à l’origine Santiago del Prado où se dresse aujourd’hui le sanctuaire (84 mètres de haut, desservi par un escalier de 240 marches) que tout a commencé… L’exploitation des mines de cuivre à ciel ouvert, découvertes par les Conquistadores en Amérique, dont la première fut El Cobre. Comme la dévotion des esclaves noirs à cette Vierge (début du XVIIè s.), qui extrayaient le minerai pour l’artillerie de La Havane.

La Mambisa
Les Créoles (Cubains descendants d’Espagnols) commencèrent à s’identifier à la Virgen de la Caridad del Cobre. Ceux-ci, premiers combattants contre la domination coloniale et appelés « Mambises » en firent leur icône, inspiratrice de la nation à construire. Par extension, le terme englobe tous ceux qui luttèrent pour la liberté de Cuba.
Cette Vierge mambisa, sur la demande des anciens combattants de la 2nde Guerre d’indépendance (fin du XIXè s.), pétris de patriotisme et de foi religieuse, devint la Patronne de Cuba, libre et souveraine.

 Syncrétisme religieux
La Virgen de la Caridad del Cobre dans la Santeria cubaine, par exemple, est identifiée à Oshun (divinité du panthéon d’origine yoruba –Nigéria). Elle est la divinité de l’Amour, de la Fertilité et des Rivières. Elle est la deuxième femme de Chango (orisha de la foudre et du tonnerre) bien qu’elle vive avec Ogun (son frère).
A l’époque de l’esclavage, cela permettait aux esclaves noirs de l’époque coloniale espagnole de maintenir leurs cultes et leurs déités sous les apparences des figures catholiques.

La couleur d’Oshun est le jaune, c’est pour cela que les Cubains rivalisent d’élégance et s’habillent de jaune, lui font des offrandes de fleurs avec des tournesols et qu’elle est toujours représentée avec du jaune ou de l’or (comme à la Basilique, sanctuaire national de Notre Dame de la Charité du Cuivre de Santiago de Cuba où son image originale à la couche d’or peut se voir de tous les angles du temple). Mentionnons aussi la Chambre des Miracles où les Cubains et pèlerins déposent leurs vœux et leurs dons. Même la mère de Fidel, au lendemain de la Révolution aurait offert un bébé en or à la Vierge pour la remercier d’avoir garder son fils en vie. Et le Prix Nobel (1954) d’Heminguay pour « Le vieil homme et la mer » s’y trouvait aussi jusqu’en 1986.

Parcours religieux
Rappelons que le 27 août dernier, une reproduction de la statue de la Vierge de la Charité du Cuivre, vénérée avec ferveur à Cuba, y compris par les non-croyants, a été érigée dans les Jardins du Vatican.
Quant au Pape Francisco, lors de sa dernière visite à Cuba, il a donné une messe à la Basilique, le 22 septembre 2015. Il se présentait comme fils et pèlerin de la Vierge et annonçait lui demander, en faveur de tous ses enfants cubains et pour leur nation chérie, de rencontrer les chemins de la justice, de la paix, de la liberté et de la réconciliation. Pour lui, le message de la Vierge peut se résumer en trois verbes : se réjouir, se relever et persévérer. D’ailleurs, le jour de la Vierge (le 8 septembre) il a envoyé une prière à tous les Cubains : « Eprouver la joie et la partager avec ceux qui nous entourent. Elever les cœurs et ne pas succomber aux adversités. Rester sur le chemin du bien, en aidant infatigablement ceux qui sont opprimés par les souffrances et les afflictions. Telles sont les leçons importantes que nous enseigne la Vierge de la Charité du Cuivre ».
Cependant, chronologiquement c’est en 1916 que le Pape Benoît XV la consacre Patronne de Cuba et de tous les Cubains, couronnée une première fois en 1936 par l’archevêque de la ville.
Plus récemment, Jean-Paul II la couronna de nouveau lors de son voyage de 1998 et Benoît XVI fit un pèlerinage au Sanctuaire de Notre-Dame de la Charité du Cuivre en 2012 (pour ses 4 siècles).

Une vierge solaire qui décidément rassemble tout le monde depuis des siècle !…

Brigitte BERGANTON